L’observatoire des politiques économiques en Europe

Editorial

N° 19 - Hiver 2008

Michel Dévoluy



En résonance avec l’actualité, ce nouveau bulletin de l’Opee consacre la plupart des articles à l’Europe face à la crise économique et financière. Le sujet est complexe mais, conformément à
notre vocation d’être lus par des non spécialistes, les auteurs maintiennent une exigence d’écriture pédagogique. Nous espérons répondre à cette ambition.

Les regards que nous proposons sur la crise varient en fonction des approches des différents auteurs. Le lecteur trouvera une variété de voies d’entrée et de points de vue qui vont des présentations techniques de la crise à la recherche de ses causes profondes, en passant par les analyses sur les mesures que les autorités monétaires et les gouvernements ont prises ou souhaitent mettre en oeuvre. Des propositions constructives pour éviter qu’une telle situation se reproduise sont également suggérées.

La crise financière s’est déversée sur l’ensemble de l’économie. Elle touche désormais l’Europe de plein fouet. Sommes-nous capables de réagir collectivement ? Les réponses que les gouvernements vont choisir seront déterminantes pour l’avenir de l’UE.

De fait, la crise que nous subissons aujourd’hui pousse les Européens au pied du mur de la construction politique pour deux séries de raisons. D’abord, une meilleure réglementation de la sphère financière s’avère indispensable. La réponse optimale dans ce domaine devrait naturellement être prise au niveau mondial. Mais l’UE pourrait faire entendre une voie homogène en proposant des réformes. En adoptant cette démarche, l’Europe prouverait qu’elle est capable d’une démarche unitaire.

Ensuite, il faut enrayer la crise économique en soutenant vigoureusement l’activité. Le choix est clair ici. Soit chaque Etat décide seul des mesures à prendre dans le cadre d’une coordination molle et non contraignante. Et l’Europe restera largement absente. Soit les décisions seront vraiment communes, même si, dans leurs déclinaisons pratiques, elles peuvent être pilotées par les Etats membres. Et nous aurons la mise en place d’une véritable gouvernance économique européenne.

Face à la crise actuelle, tout le monde semble s’accorder sur la nécessité de réintroduire l’Etat dans l’économie de marché. Keynes est de nouveau en vogue. C’est une formidable opportunité pour légitimer une forme d’Etat européen qui prendrait en charge la gestion de l’espace économique unique. Mais pour avoir un gouvernement économique, il faut un gouvernement. Le courage politique serait de faire face à cette exigence.